www.viagex.com Le site du Pays de Gex

 viagex@wanadoo.fr

L'histoire est totalement imaginée, personnages, lieu etc... 

Il n'y a absolument rien de réel !

Le vaccin

Vous vous souvenez certainement de la raison pour laquelle j’avais attrapé la grippe.
Elle faisait suite à ma visite chez mon médecin pour être vacciné contre la fièvre jaune, vaccin que je n’avais pas eu car il devait être fait dans un centre agréé.
Par concordances évidentes les malades de la salle d’attente m’avaient inoculé leur virus grippal.

Alors après un bon mois de bataille contre cette maladie, enfin remis, j’étaiset près à être enfin vacciner contre cette fameuse fièvre jaune.
Il était midi quinze, après avoir combattu deux bonnes heures d’embouteillage, Je levais les yeux haut dans le ciel pour admirer cet immense édifice qu’était l’hôpital.
Devant la porte d’entrée monumentale un groupe de trois cents Algériens essayaient de rentrer en force. Je demandais à l’un des contestataires la raison de cette manifestation.
-Z’y va mon frère, on veut connaitre l’état de santé de Bouteflika !

Je peux vous dire qu’en Suisse ce n’est pas comme en France, des policiers, des gros bras la matraque à la main mirent vite fin à toutes protestations.

-Et toi, p’tit gars, tu fais quoi ici ! Me dit une immense baraque des forces de l’ordre.

-Moi m’sieur, je suis Français ! Vite je sortis mon portefeuille, empoignais deux billets de cent Francs. Et j’ai de l’argent pour payer.

-C’est ok pour les Frouzes, tu peux rentrer p’tit gars !

J’étais trente minutes en avance et plutôt content de cela, car pour les vaccins c’est, premier arrivé, premier servi.

L’endroit était immense, où devais-je aller.

La réceptionniste me renseigna de son accent traînant.
-Vous prenez le couloir de gauche, puis, tout au fond vous tournez à droite, puis il y a un escalier sur votre gauche, monter jusqu’à la trentième marche puis vous allez voir des ascenseurs, alors allez au troisième étage, partez droit devant vous jusqu’à la porte jaune claire, derrière elle partez sur votre droite sur deux cents mètres, vous arriverez devant des ascenseurs, montez au sixième étage, puis partez sur votre droite pour prendre un autre ascenseur qui vous descendra au troisième étage. La salle de vaccination se trouve tout au fond du couloir.

Je la remerciais de sa gentillesse et de ses explications et quarante minutes plus tard je finis après de multiples péripéties à trouver enfin cette fameuse salle.
Il y avait foule et une infirmière du renouveler le rouleau numéroté pour que je puisse prendre mon tour. J’avais le chiffre 56.
-12 appela une doctoresse préposée aux injections.

Et l’attente commença égrenant lentement les numéros qui après une bonne heure et demie arriva à 56.

Tout heureux je me levais en secouant mes bras.
-C’est moi, c’est mon tour.
-Vous avez remplis le questionnaire.
-Heu non, quel questionnaire, on ne m’a rien dit.
-Alors navré, passez votre tour on vous appellera quand ce sera fait.

C’est à la limite de l’énervement que j’entrais enfin dans la salle de soin.

La doctoresse me fit asseoir à côté d’elle, devant un bureau où une immense boite de vaccins reposait.
Sans attendre ses questions, je lui expliquai ma venue, mon prochain voyage en Colombie, que mon médecin m’avait dit que la fièvre jaune était dangereuse et sa prévention obligatoire.
-Et docteur je suis sujet aux infarctus est ce que c’est risqué pour moi cette piqure.
-Non, non rien à craindre, j’en fait des milliers, jamais le moindre souci. Vous avez votre carnet de vaccination ?
-Euh et bien non, Je suis bien allé au Vietnam, à Bali mais bof je ne me souviens plus…

-Je vois, puis elle me regarda dans les yeux. Vous savez il faut être prudent, ne pas prendre ces choses à la légère et le Tétanos vous en êtes où du Tétanos.

Ouahou ! Je crois bien que j’avais été vacciné étant enfant après être tombé dans une bouse de vache.

-Alors je vous fais celle du Tétanos ! Me dit-elle d’une voix sans détour. Et l’hépatite A, mais c’est important et la rage vous en faites quoi de la rage, imaginez qu’un singe vous morde. Puis elle regarda sur son ordinateur les secteurs d’épidémie du Pays. Oh lala lala, regardez la Dingue ! Elle pointa du doigt l’extrême sud de la Colombie.
Puis il y eut le shikungunya, la diphtérie, la poliomyélite…

Il y avait déjà une bonne vingtaine de vaccins qui attendaient sagement posés devant moi

-Ils ne sont pas cher profitez-en ! Urgea t’elle en bonne commerçante. Puis elle continua. Parlons maintenant des maladies sexuellement transmissibles.

-Mais docteur, j’y vais pour visiter, c’est tout ! rétorquais—je horrifié.

Elle me regarda de la tête aux pieds en oscillant des sourcils et me dit :
-Mais vous êtes très bel homme, on n’est jamais trop prudent.

La bougresse était bonne vendeuse, la flatterie fit mouche et une bonne dizaine de capsules rejoignirent le groupe. Le trop plein de médicament tomba de la table et à quatre pattes je l’aidais à les remettre sur la table.

-Vous faites ça sur l’épaule ? Lui demandais-je.

Elle confirma mon affirmation.

Pour mon grand malheur en tirant mon pullover vers le haut avec mes deux mains croisées, j’entrainais également ma chemise découvrant ainsi ma ceinture abdominale parfaite et mon torse athlétique.

-Mais vous avez un corps splendide ! Me dit-elle les yeux exorbités de désir. Enlevez tous vos habits ! Vos épaules ne seront pas suffisantes.

Ma pudeur excessive ne me permettant pas un tel effeuillage devant une femme , je lui demandais de fermer les yeux. Elle acquiesça et ma naïveté la crut sur parole.

La séance dura plus d’une demie- heure.
Ces piqures successives ne me semblèrent pas toutes innocentes et les endroits choisis peu catholiques.

Je partis enfin après avoir payé une facture démentielle, le corps endolori avec cette promesse de venir la revoir très prochainement pour les rappels !

C’est en arrivant chez moi, qu’horreur suprême, un petit flacon non utilisé tomba de ma poche.


Son libellé montrait le label « fièvre jaune. » !